Dégustation

Conservation de ses bouteilles

Température Idéale située entre 12 et 15°C avec hygrométrie ambiante à 70% afin d'éviter l'assèchement du bouchon en liège qui peut se rétracter et provoquer des coulures. Un "frigo" cave à vin dans les commerces spécialisés permet de palier à l'absence d'une cave naturelle. Tout cela va favoriser un bon mûrissement du vin sans en accélérer le vieillissement.

 Ouverture de la bouteille

Eviter les mouvements brusques avec la bouteille pour éviter de remettre en suspension les dépôts naturels éventuels de matière colorante, de tanin ou de tartre sous l'influence d'un coup de froid.

Découpage de la capsule au dessus du col pour plus d'esthétique avec un coupe capsule si possible

Oter le bouchon de liège délicatement avec un tire bouchon à vis sans fin "du style sommelier" en évitant de percer totalement le bouchon sous peine de retrouver des poussières de liège dans le vin peu agréable à l'oeil et en bouche

Décanter le vin dans une carafe évasée pour séparer le vin des dépôts éventuels en fonction de l'âge du vin mais également pour aération favorable et indispensable à l'expression des arômes et à la rondeur des tanins

Dégustation

Vérifier la température du vin avec un thermomètre à vin : 8 à 10°c pour les blancs et rosés secs à tendres, 14 à 16°c pour les vins rouges jeunes et légers, 15 à 17°c pour les vins plus structurés et plus âgés : un vin servi trop frais camoufle les qualités du vin renforçant l'astringence et l'amertume, un vin trop chaud perd son fruité en devenant plus alcoolique vous laissant cette désagréable sensation de "brûlure"

Choisir un verre bien asséché, sans résidus odorant de produit de lavage ou de condition de stockage (carton par exemple). La forme idéale du verre doit permettre la retenue des arômes ventilés : "forme entonnoir inversé"

Prenez le verre par l'embase du pied en vous entrainant à de légers mouvements circulaires favorisant l'aération du vin ainsi que son homogénéisation

Puis concentrez vous sur l'ensemble de vos 5 sens naturels

L'ouie et le Toucher au débouchage et au remplissage partiel du verre pour la fluidité la température du Vin

L'oeil ou la vue pour apprécier la couleur, la densité apparente, la limpidité (la Robe)

Le nez au dessus du verre pour l'odorat capteur d'une grande diversité d'arômes 

La bouche  en y imprégnant une gorgée de vin pour le goût dont la rétroolfaction plus ou moins longue vous indiquera tous les signes de sa structure et de sa complexité arômatique 

L'humilité de votre "ressenti" est la mémoire de votre propre histoire, de vos souvenirs, de votre éducation alors laissez vous porter par l'émotion de vos sens dont la diversité et la complexité individuelle ne peuvent conduire à la vérité. L'important est de partager, d'échanger en toute subjectivité cette expression olfactive témoin de votre vécu sans attacher trop d'importance à la terminologie que vous aurez bien voulu ou non lui donner.

Le "goût de bouchon" très facilement identifiable au nez ou/et en bouche, plus ou moins marqué est heureusement rare et ne résulte pas d'une mauvaise évolution du liège naturel mais du lavage préalable de celui-ci réalisé par les "fabriquants", altérant de manière irrémédiable le vin contenu en bouteille.